Identification

Qui est en ligne

Nous avons 55 invités et aucun membre en ligne

delle Bocchette


Galerie photos

Toutes les photos du diaporama sont disponibles en cliquant sur Galerie photos.

Quelques via-ferrata sont apparues en France ces dernières années notamment avec la via des Mines du Grand Clôt à la Grave. Mais c'est l'Autriche qui a ouverte les premières voies vers 1850... Rapidement cette technique se propage aux Dolomites et les Italiens ouvrent un des plus fabuleux itinéraire celui des "Bocchettes" (petites brèches). Les premiers tronçons de la delle Bocchette ont été mis en chantier avant la seconde guerre mondiale alors que les derniers ont été achevés en 1972. De nouveaux tronçons ont même été crée en 1999. Les structures en place sont de bonne qualité compte tenu du nombre de kilomètres de câbles, de la difficulté d'accès des équipements, du climat et des chutes de pierres. Les tronçons sont régulièrement entretenus par des guides ce qui se traduit par un sentiment de sécurité sur tous les secteurs "via". Les Dolomites représentent une montagne particulière dans la chaîne des Alpes. Le rocher de couleur rose-orange est spécifique à cette région. Constituer d'un enchevêtrement d'éclats de rochers, les sommets sont élancés à la verticale. Les Dolomites de la Brenta reflètent l'idée d'une montagne parfaite, droite comme un I, imprenable. C'est pour cela que la via delle Bocchette attire des alpinistes du monde entier. Le cheminement de la via-ferrata est logique parce qu'il exploite les ressources naturelles de la montagne. Le sentier évolue et pénètre au coeur d'un massif particulièrement impressionnant. Le sentier complet est composé de plusieurs secteurs "via" ce qui permet de traverser le massif en quelques jours. Nous avons choisit un itinéraire sur 4 jours compte tenu du temps que nous disposions. Nous traversons le village de Madonna avec nos sacs lourds, la tête rempli des quelques images représentant les passages clef de la delle Bocchette, mais nous étions loin de nous douter que les 4 jours à venir allaient nous réserver tant d'émerveillement. Depuis Madonna le massif de la Brenta se dévoile très peu et c'est l'inconnue qui tant les bras. A la télécabine nous prenons un allé simple pour le passo del Groste à 2442m. A peine sortie de la cabine le temps de prendre une photo et un nuage passe... et s'installe, visibilité proche du zéro. Il est vrai, il est déjà tard, tous les topo-guides préviennent, les après-midi sont brumeuses voire orageuses, il vaut mieux partir au lever du jour, vous ne pourrez pas le nier, vous voila prévenu!

Au départ du sentiero attrezzato Benini (numéro 305) nous sortons nos longes toutes neuves achetées pour l'occasion. Les premiers tests s'avèrent positifs, le matériel est OK et pratique. Les premiers passages via-ferrata se déroulent en face sud du massif de la Brenta à l'aplomb de la Cima Grostè 2901m.

Nous évoluons quelques temps dans le brouillard sur une large vire avant qu'il ne se mette à neiger. Arrivé à un replat, il faut prendre la décision de descendre directement sur le refuge Tucket par le caillouteux Glacier di Vallesinella Superiore (sentier attrezzato Dallagiacoma 315) ou de contourner un gros rocher bien marqué par la gauche et poursuivre le sentier attrezzato Benini vers le Col del Tuckett.

Il n'est que midi, autant prolonger le plaisir et aller voir à quoi ressemble le secteur suivant. Au détour de la vire qui nous suivons depuis quelques temps, le premier choc visuelle dolomitique nous atteint: la Cima Brenta 3150m se dévoile dans la brume laissant apercevoir ces flancs verticaux qui plongent vers le glacier di Brenta Inferiore. Depuis notre nid d'aigle nous observons de longues minutes les ferratistes engagés dans la via delle Bocchette Alte qui s'élève vers la Cima Brenta, c'est notre route du lendemain. La descente vers le Col del Tuckett est belle tant elle est aérienne et verticale.
Après une succession de gradins et d'échelles, l'étroit Col del Tuckett représente une plate-forme reposante. Le Refuge Tuckett 2270m est à porté de nos yeux, une demi- heure depuis le col est nécessaire pour l'atteindre.

Au petit matin nous remontons les pentes du glacier di Brenta Inferiore jusqu'au Col del Tuckett 2647m sous un beau ciel bleu. De nombreuses petites échelles permettent d'atteindre un premier plateau, puis une vire qui passe à l'aplomb de la Cima Brenta 3150m.

La voie qui mène au sommet est marquée d'un point rouge. Il faut gravir les 100m de dénivelés qui sépare la ferrata du sommet par un rocher facile, mais qui demande toutefois de bonnes notions d'escalade. Depuis quelques minutes des nuages bourgeonnent en face sud et lèchent les hautes parois qui partent de la vallée. 5 minutes suffisent pour nous plonger dans une ambiance cotonneuse. A ce moment nous évoluons dans un secteur encore enneigé. Une échelle de 15m dont certains barreaux sont encore pris dans la glace amène à un couloir traversé par un large névé. Le câble n'est plus attaché au rocher et pendouille dans la pente. Le passage est plutôt exposé et demande toute notre attention. De l'autre coté de la zone nous rencontrons un couple âgé, chaussé pour la plage, sans baudrier, sans longe, sans corde avec un petit sac à dos pour tout équipement. Nous les regardons éberlué persuadé qu'ils ne passeront jamais le secteur... vivant. Nous les voyons s'engager dans le couloir, 5 minutes plus tard ils disparaissent dernière la masse imposante de la Cima Brenta sur leurs deux pieds... ils sont passés.
Au-dessus du glacier dei Brentei, au moment de mordre dans le sandwich, il se met à grêler. Vu la couleur du ciel, notre situation n'est pas rassurante. Nous sommes à la moitié de la course, au plus haut de la via-ferrata et il nous reste 2 bonnes heures de ferrata quand le ciel se met à gronder pour la première fois.
10mn plus tard, il se met à grêler fortement. Des flocons de neige épais comme des billes de polystyrène nous tombent dessus. Rapidement tous les couloirs sont traversés par un flot de billes blanches. Peu fière de se trouver là, notre seule solution c'est de nous presser dans la descente. Une longue échelle de 68 barreaux mène à une brèche encaissée. L'orage gronde toujours et à chaque déchirement du ciel notre cœur bat plus vite et nos estomacs se nouent d'avantage.
Par chance l'orage semble maintenant s'éloigner plus au nord, mais nous restons toujours inquiets. Depuis la brèche, la via-ferrata plonge dans le vide par une succession impressionnante d'échelle et de vires étroites. La neige tombée nous plonge dans une ambiance hivernale. Nous ralentissons notre progression car l'orage s'éloigne définitivement alors que quelques rayons de soleils commencent à nous réchauffer.
Une dernière échelle et nous voila sur le glacier dei Brentei. Un pierrier permet de contourner les Bocchetta Bassa dei Massodi pour arriver au refuge Alimonta 2580m.
Cette troisième étape promet d'être la plus belle. Une demi-heure est nécessaire pour atteindre le Col dei Armi 2747m. Le glacier est sans difficulté, la neige tombé la veille porte bien. Quelques échelles mènent sur le fil d'une arête donnant accès sur la Torre di Brenta.
Cette vire naturelle est majestueuse. Un franc soleil caresse le rocher et nous progressons rapidement vers l'un des plus beau passage de la Bocchette Centrali. La vire est creusé dans le rocher et s'engouffre dans un couloir en U. Le vide est tout autour de nous, et sensible à cette construction minérale nous prenons le temps de l'apprécier.
Au détour d'une arête plongeante, nous le découvrons. Il se dresse à la vertical, ça n'est pas la montagne la plus imposante du massif, mais c'est elle qui attire tous les regards. Le Campanille Basso 2883m s'élève droit vers le ciel et quel que soit le lieu d'observation, ces lignes pures forment un ensemble harmonieux que seule la nature est capable de créer.
Un sentier plus facile permet de rejoindre la base du Campanile Basso. Depuis ce col bien marqué, la vue est imprenable sur les 800m de paroi du Crozzon di Brenta. La via-ferrata plonge à la base du Campanile Basso afin de le contourné. De la chaude face sud, une vire sombre ressemblant à un corridor swintant de gouttelettes, on passe à la froide face nord. Un vire oppressante par la hauteur de la Cima Brenta Alta permet d'atteindre le Col di Brenta, non sans avoir des-escaladé quelques échelles. Depuis le col, le Refuge Pedrotti 2491m est caché par la Cima Brenta Bassa, mais se situe 50m plus haut que le refuge Tosa que l'on voie depuis le col.

Il est 5h40 quand le jour se lève dans l'encadrement de la fenêtre du dortoir. Je saute dans mes sabots et pousse la porte du refuge pour assister à un somptueux levé de soleil. Toute la montagne se colore d'un orange pastel, l'instant est rare et je savoure ses premières lueurs d'un jour naissant. Cette dernière journée commence plus doucement que les autres.

Un sentier évoluant dans de beaux alpages monte progressivement à la selle de la Cima Tosa. Il passe à proximité du point de départ (gros point rouge sur le rocher) pour la Cima Tosa. Comme pour la Brenta, son ascension nécessite de bonnes notions d'escalade. Le début de la via-ferrata est marqué par une petite passerelle suspendu en bois. La ferrata descend sur le glacier d'Ambiez par une succession de terrasses que l'on des-escalade par de nombreuses échelles. Le glacier d'Ambiez ne présente pas de difficulté. Nous le remontons en rive gauche. Sous le couloir rocheux, le câble qui permet d'atteindre le col se trouve rive droite du glacier. La ferrata s'élève par un bon rocher jusqu'au col sur une cinquantaine de mètres de dénivelé.
Depuis le Col d'Ambiez 2871m une nouvelle installation permet de prendre pied sur le glacier en évitant de descendre par le couloir peu engageant issu du col. Plus bas, le sentier perd de l'altitude par de nombreux pierriers pour venir se coller contre la paroi de la Cima Tosa. Au détour du sentier le Refuge di Brentei apparaît blotti sous les falaises de la Cima Mandron.

départ de Madonna di Campiglio
Michelin 428 - pli 8
L'itinéraire ci-dessous est donné à titre indicatif. Cartographie KOMPASS 1:25000 "Gruppo di Brenta" référence 688.

On peut composer la traversé du massif de la Brenta de plusieurs façons, suivant ses aptitudes et le temps dont on dispose. Pour donner une idée des distances, un via-ferratiste bien entrainé peut faire la totale en 2 jours (nuitée à Alimonta ou à Pedrotti) soit prendre le temps d'apprécier tous les secteurs en 4 à 6 jours. L'itinéraire proposé ci-dessous est conforme à celui réalisé en 4 jours (3 nuits).

1er jours: sentier attrezzato Benini 3-4h (c'est sans aucun doute la section la plus facile de la via delle Bocchette)

Le point de départ est Madonna di Campiglio 1497m. Traverser le village en direction de la cabine qui monte au passo del Grostè 2446m (première cabine à 8h30, dernière à 17h00). Prendre la cabine jusqu'au col (ok, ok vous n'êtes pas obligé, mais le plus intéressant c'est ce qui suit) puis suivre dans la caillasse le sentier couru 305. Le début de la via-ferrata est marqué par de nombreuses traversées qui permettent d'atteindre un replat bien marqué. Poursuivre le sentier 305 en direction du Col del Tucket 2647m. De là descendre au Refuge Tuckett 2270m.

2ème jour: via delle Bocchette Alte 4-5h

C'est l'une des plus longue et délicate via de la delle Bochette en raison de certains passages sur le fil d'arêtes aériennes et de l'ambiance verticale de l'itinéraire. Depuis le refuge, remonter à la brèche del Tuckett (descente de la veille). Une superbe montée aérienne permet d'atteindre une belle vire puis une arête. Une longue échelle permet de redescendre vers une brèche. Prendre à droite (direction du Refuge di Brentei) et laisser sur la gauche la via qui mène à l'antécime de la Cima Molveno. La descente s'effectue par la ferrata Oliva Detassis numéro 396 marqué par une succession d'échelles verticales qui dépassent souvent les 30m. Prendre pied sur un pierrier et le Glacier dei Brentei, puis longer la Bocchetta Bassa dei Massodi, la contourner et remonter vers le refuge A. Alimonta 2580m.

3ème jour: via delle bochette centrali 3h

C'est l'un des secteurs les plus fabuleux du massif de la Brenta. Du refuge Alimonta, une demi-heure suffit pour atteindre le Col dei Armi 2747m par le Glacier degli Sfulmeni qui ne représente pas de difficultés. Quelques échelles verticales permettent d'atteindre par une arête la vire naturelle du sentier Figari numéro 305. Situé en face sud du massif, la vire se prolonge jusqu'à découvrir le majestueux Campanile Basso. Une belle vire étroite et aérienne en U traverse les Sfulmini. Puis une vire plus large permet d'atteindre un col situé à l'aplomb du Campanile Basso. La via contourne alors le Campanile par une descente en terrasse pour s'enfiler dans une paroi sordide en face nord. Un longue vire large par endroit permet de rejoindre le Col di Brenta. Pour rejoindre le Refuge Pedrotti 2491m prendre le sentier bien marqué qui descend du col. Le Refuge Pedrotti se trouve 50m plus haut que le Refuge Tosa (fermé).

4ème jour: sentier Luvio Brentari 358 3h

C'est l'une des via-ferrata les moins fréquentée du massif, mais la descente sur le Glacier d'Ambiez est splendide. Un bon sentier numéroté 304 puis 358 démarre derrière le Refuge Pedrotti. Au bout de 1/4 d'heure laisser le sentier Palmieri alto à gauche pour prendre à droite celui qui permet d'atteindre la sella della Tosa. Traverser la passerelle. Cet endroit marque le début de la section technique. Le parcours se déroule tous en descente et de nombreuses échelles permettent de prendre pied sur le Glacier d'Ambiez. Prendre à droite le glacier par le milieu pour monter au Col d'Ambiez 2871m. La ferrata se trouve sur la gauche du couloir. Depuis le col, la descente s'effectue par un nouvel équipement qui descend sur le Glacier dei Camosci. En une heure et demi atteindre le Refuge Brentei 2175m. 3h sont nécessaire pour rejoindre le point de départ de Madonna di Campiglio.

Départ Madonna di Campiglio 1497m. Prendre la télécabine jusqu'au passo del Grostè 2446m.
Difficulté III/AD. Via-ferrata évoluant en haute montagne (~3000m) comportant de très nombreux passages aériens. Certaines successions d'échelles sont en dévers et demandent une bonne condition physique. Cet itinéraire est déconseillé à des randonneurs n'ayant pas de notions d'alpinisme ou étant sujets au vertige.
Horaire Les étapes sont de 5-7h par jour.
Dénivellation Sauf pour le 4ème jour (retour sur Madonna di Campiglio) les dénivellations ne sont pas importantes mais varient fortement en fonction des étapes.
Conditions favorables De juillet à fin septembre. Cette via-ferrata est déconseillé tant que la neige persiste en raison des couloirs raides où les glissades sont interdites.
Matériel Bâtons télescopiques, piolet, crampons, baudrier, corde à simple, matériel de sécurité sur glacier. La longe avec absorbeur d'énergie est indispensable pour progresser sur les échelles et les câbles.
Première ascension inconnue

 

Évoluer en sécurité en via ferrata

Depuis quelques années quelques fabriquants se sont penchés sur les normes de sécurité en via-ferrata. Autant le dire tout de suite, il n'existe pas de systèmes et d'équipement fiable à 100%. Le meilleur conseil à donner est de ne pas tomber. Heureusement peu de chute le long du câble sont à signaler. Aujourd'hui, des rêgles de sécurité; minimale ont-été adopté:

Usage de 2 longes (le ferratiste doit toujours avoir une longe accrochée au câble)
Utilisation systèmatique d'absorbeur d'énergie (Zyper de Petzl, plaquette Salewa, etc...).
Ne jamais être deux sur une même portion de câble (pour éviter de surcharger la section et pour ne pas entraîner une autre personne dans sa chute).
Casque obligatoire (bien sur en cas de chute, mais surtout pour ne pas venir cogner directement contre le rocher lors des manoeuvres, surtout dans les Dolomites ou le plafond est souvent bas...)

Route

Le massif de la Brenta est le groupe Dolomitique le plus proche de la France. Mais attention, pour se rendre à Madonna di Campiglio il faut compter 7 à 8h par la route. La distance kilométrique est faible (~450Kms depuis l'est de la France, mais les cols à franchir sont nombreux et les routes sinueuses.

Hôtel Cime d'Oro www.cimedoro.com
Hôtel idéalement situer pour entreprendre la delle Bocchette. Cet hôtel 3 étoiles propose la nuit petit déjeuné compris à un prix abordable. La famille Bertara est vraiment sympathique et vous pourrez laisser votre voiture au parking gratuitement pendant votre séjour en montagne. Cime d'Oro via care'Alto 2 38084 Madonna di Campiglio tél: 0465 442113 Fax: 0465 442602 mailto: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .
Via-Ferrata www.viaferrata.org/c1francais.html
Site officiel des via-ferrata.

 

© copyright www.horizon-montagne.com tous droits réservés.