Identification

Qui est en ligne

Nous avons 38 invités et aucun membre en ligne

Tour de la Vanoise


Galerie photos

Toutes les photos du diaporama sont disponibles en cliquant sur Galerie photos.

Faut-il le rappeler ici, le Parc National de la Vanoise a été le premier parc national français crée en 1963. Le maire de Bonneval écrivait avant la création du parc "Si vraiment la nature est à l'homme ce que les racines sont à la plante, saurons-nous rester indifférents au spectacle du monde qui, chaque jour davantage, sépare l'homme de ces racines et de sa source? Aussi, notre intention en voulant créer le Parc National est-elle essentiellement de rendre au citadin étiolé des racines dont il se détache dangereusement". Ces paroles résonnent aujourd'hui encore alors que les grandes stations de ski arrachent aux paysages ses derniers vallons sauvages. Le tour de la Vanoise s'oriente autour de 3 grands massifs. Celui du Dôme de Chasseforêt au sud, de la pointe de la Sana à l'est et de la Grande Casse au nord. Que sommes nous venu chercher dans cette nature intacte? Nous savions que nous allons remonter des vallons suspendus, chercher sur la carte des chemins perdus, suivre la dérive des nuages et du vent, mais surtout nous espérions trouver, au terme de ce voyage à pied, la plénitude.

En ce 14 juillet, Val d'Isère se réveille sous un manteau neigeux de 10cm. Après 2 jours passés à attendre une accalmie nous décidons de tenter l'aventure malgré des nuages encore menaçants.

Curieusement, avant de pénétrer la nature intacte du Parc National de la Vanoise et d'aller à la rencontre de ses sommets prestigieux, il faut utiliser ce qui dénature cette montagne: les remontées mécaniques. Pour atteindre le Col de la Fresse qui marque l'entrée du parc, il faut être attentif pour ne pas se faire écraser par un 4x4 et laisser la priorité aux engins qui labourent la saxifrage, écrabouillent la gentiane pourpre et polluent au diesel "vert" la myrtille sauvage.

Le vallon de la Leisse se secoue d'une léthargie hivernale temporaire. Le soleil fait fondre la neige qui laisse percer quelques gentianes. Au détour du sentier, la Grande Motte apparaît comme une vague poussée par les nuages. Timidement la montagne se découvre de son enveloppe cotonneuse et nous livre une nature immaculée, inviolée.
La montée vers le Col de la Leisse est un ravissement. Le sentier a disparue sous la neige et nous faisons la trace, l'ambiance premier de cordée est un délice.
Depuis le col, le randonneur se fond entre le massif de la Grande-Motte et la Pointe du Grand Pré. Quelques icebergs flottent encore sur le Lac des Nettes malgré un mois de juillet bien entamé.

Plus bas posé sur un alpage, le Refuge de la Leisse fait face au décor. Le Parc National de la Vanoise compte 18 de ces refuges construits autour d'un concept scandinave. Trois chalets complémentaires (dortoir, cuisine, gardiens) forment le refuge. Plus bas, la cascade du ruisseau de la Vanoise s'annonce avec grands fracas.

Au rythme de nos pas, le grondement de la rivière se transforme en clapotis voluptueux s'écoulant sur une belle pelouse alpine ou semble se reposer le refuge d'Entre Deux Eaux.

Partis de bonne heure du refuge, nous tombons nez à nez avec un magnifique bouquetin mâle au détour d'un lacet du sentier qui grimpe la montagne de la Réchasse . Ses naseaux fumants nous reniflent, impressionnants de puissance. Lentement nous avançons vers lui. Nos gestes lents le rassurent, il se laisse approcher, puis le mètre de trop le fait bondir sur un rocher plus haut à distance respectable. Il nous dicte sa loi, nous fait comprendre ses tolérances, ses limites à ne pas dépasser. Un beau plateau alpin précède le Refuge Félix Faure. De nombreux petits lacs rappellent que les glaciers du Dôme de Chasseforêt et ceux de la Grande Casse descendaient jusque là, il y a quelques années. Après le refuge, le Lac des Vaches permet de réaliser un vieux rêve, celui de marcher sur l'eau... Le lac se traverse à gué par son centre sur des pas japonais aménagés par le Parc National. Une fois de l'autre coté les pieds au sec, l'endroit offre un des plus beaux panoramas de la Vanoise. A travers les alpages, les pistes de ski ne tardent pas à annoncer la capitale de la Vanoise: Pralognan.

Ce matin de juillet nous traversons tous les différents paysages qu'offre un massif montagneux. La plaine laisse place peu à peu aux prairies herbeuses et fleuris. Plus haut, nous devinons les neiges éternelles blotties à l'aplomb des Dômes de Chasseforêt, de l'Arpond et de la Dent Parrachée.

Au détour du sentier, nous cherchons du regard le refuge pour en apprécier la distance qui nous en sépare. Peclet-Polset est un poste avancé qui nous permettra, comme des marmottes, de profiter d'un soleil généreux au milieu d'une nature réservée. Le Tour de la Vanoise devient, à partir de Peclet-Polset, plus alpin. Lorsque le refuge disparaît au fond du vallon, le Col de la Chavière se fait pleinement visible. De larges névés persistants au soleil en garde l'accès. Peu de randonneurs sont venus se perdre ici, entre l'Aiguille de Polset et la Dent Parachée. A force de faire vagabonder l'esprit à flanc de montagne, d'un coup nous avons passé le col et basculé en direction d'un vaste alpage laissant derrière nous la vue saisissante du Col de la Chavière. Par un vaste névé nous dessinons en ramasse notre descente en direction du Refuge de l'Orgère.

Le sentier balcon passe alors par de vastes alpages où paraissent des troupeaux de vaches et de moutons. Timidement un rayon de soleil accroche la pente pente herbeuse et illumine la vallée jusqu'à Modane. Au détour du Col Barbier les Lacs de Plan d'Armont et Plan d'Aval reflètent la Dent Parrachée, sommet le plus méridional du Parc National.

De l'autre coté du lac, le Refuge de Plan Sec est telle à une bergerie prête à accueillir ses moutons. Se rendre de Plan Sec à l'Arpont est un délice. De nombreuses cascades jalonnent le sentier et les rododindrons en fleurs sont dignes d'une carte postale. Au abord du refuge, la nature se peint des couleurs des jours heureux. La nouvelle étape qui commence s'annonce comme un beau voyage. Ce matin nous sommes seuls sur ce haut plateau et lorsque le soleil émergent nous rejoint, c'est toute la montagne qui s'ébroue. Nous croissons quelques bouquetins qui broutent en directions du Dôme de Chasseforêt.

Le recul du glacier a laissé la place au Lac des Lozières goutte d'eau entre le monde minérale et végétale.
Le nouveau refuge de la Femma est au fond du vallon de la Rocheure. Il est le précurseur du nouveau confort des refuges du 3ème millénaire. Le confort est tel que le gardien nous avoue avoir du mal parfois à réveiller les randonneurs avant 9h30!

Ce matin, le ciel est bouché, dehors c'est le no man's land. Les nuages jouent la chamade, se bousculent, s'entre choc, mais ne nous offrent pas la moindre déchirure. Le bruit de nos pas a changé, c'est bien de la neige qui tapisse le sol. La terre et le ciel se sont unis dans un blanc grisâtre qui ne nous offre aucun point de repère. Plus haut le Lac de la Rocheure se détache de cette uniformité par quelques petites flaques d'eau bleue foncée qui marquent le début de son dégel. Depuis le Col de la Rocheure, le topo stipule "prendre plein est" aujourd'hui nous faisons pleinement confiance aux écrits... et à notre boussole qui nous guide jusqu'au refuge du Fond des Fours. A deux pas du Fond des Fours, voilà la plaine, et la nature reprend des airs de station de ski. Le Parc Nationale de la Vanoise est un paradis sauvage fait pour le bonheur des hommes, des fleurs et des bêtes. A son contact, on marche, on grimpe, on regarde, on respire une nature en toute liberté, c'est une belle mission pour ces montagnes que l'on dit durs comme du roc.

 


départ de Val d'Isère
Michelin 74 - pli 19
L'itinéraire ci-dessous est donné à titre indicatif. Le Tour de Vanoise peut se composer de multiples façons, suivant le nombres de jours disponibles et les difficultés que le randonneur souhaite rencontrer. La description de l'itinéraire est conforme à la boucle que j'ai réalisée. Pour de plus amples renseignements je vous conseille d'acquérir le topo de la "Vanoise Parc National" édité par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (GR5-55). Cartographie IGN série TOP 25 3532 ET, 3534 OT, 3633 ET.

1er jour: Val d'Isère - Refuge d'Entre Deux Eaux

Depuis Val d'Isère emprunter le téléphérique de Bellevarde jusqu'au Rocher de Bellevarde (2827m). De l'arrivée de la gare du téléphérique descendre vers la station du Funival. De là, prendre à l'ouest en direction du Col de Fresse à travers les alpages... et les câbles des remontés mécaniques. Rejoindre le départ du téléski du Col de Fresse et le remonter pour atteindre le Col de Fresse (2576m). Descendre par des éboulis en direction d'un pluviomètre (2561m) qui marque la jonction avec le GR55. Le sentier continu de monter entre les rochers en direction du sud - sud ouest pour atteindre le Col de la Leisse (2758m). A cet endroit les névés persistent tardivement en saison aussi de nombreux cairns marquent le sentier. La descente s'effectue entre le massif de la Grande-Motte et la Pointe du Grand Pré en direction du sud ouest. Passer à proximité du Lac des Nettes (2641m) puis après avoir traversé un alpage, le sentier contourne rive droite le Plan des Nettes (fermé par un petit barrage 2553m). Une pente un peu plus forte permet de rejoindre le Refuge de la Leisse (2487m). Peu après le refuge, traverser le torrent de la Leisse pour continuer la descente rive gauche. Le sentier s'oriente alors au sud, passe devant la cascade du ruisseau de la Vanoise, puis par un large arc-de-cercle atteint le pont de Croé-Vie (2099m). Ne pas traverser le pont et emprunter le sentier qui remonte vers le Refuge d'Entre Deux Eaux (2120m).

2ème jour: Refuge d'Entre Deux-Eaux - Pralognan-la-Vanoise

Emprunter le même sentier que la veille jusqu'au pont de Croé-Vie (2099m). Franchir le pont et remonter par de nombreux lacets le flanc de la montagne de Réchasse. Passer devant une plaque érigée à la mémoire de deux chasseurs alpins. Laisser sur sa gauche le sentier provenant du refuge de l'Arpont pour arriver à un ancien Blockhaus (2439m). Le sentier s'incurve en direction de l'ouest alors que la pente s'adoucit. Traverser le ruisseau de la Vanoise pour passer rive gauche. Le sentier passe devant une croix (2450m) puis longe successivement le Lac du Col de la Vanoise puis le Lac Rond (2500m) avant d'atteindre le Col de la Vanoise (2522m). Le refuge du Col de la Vanoise (2516m) se trouve quelques 250m plus à l'ouest. Quitter le refuge en direction du Lac Long (2467m) par un bon sentier. Le GR emprunte alors une pente d'éboulis pour atteindre après de nombreux lacets le Lac des Vaches (2318m). Traverser le lac à gué sur de larges dalles. Poursuivre la descente et franchir le torrent de la Gière par le pont de Chanton (2210m). Quelques lacets serrés permettent d'atteindre les Chalets de la Glière (2057m) puis le Refuge les Barmettes (2010m). De là l'orientation devient aléatoire (nombreuses bifurcations), mais le sentier suit la ligne générale du téléski des Fontanettes qui permet de rejoindre Pralognan-la-Vanoise (1418m).

3ème jour: Pralognan-la-Vanoise - Refuge Péclet-Polset

Quitter Pralognan-la-Vanoise par le sud en direction du camping de l'Isertan. Passer à proximité du Pont d'Abadie, mais rester rive droite du torrent de la Chavière jusqu'au Pont de Gerlon (1592m) Traverser le pont pour passer rive gauche et emprunter un bon et large chemin jusqu'au Prioux (1711m). Traverser le pont et remonter la route en passant devant les Ruelles puis devant un parking jusqu'au Pont de la Pêche (1764m). Le traverser et remonter à travers les alpages un chemin jusqu'aux Chalets de la Motte (1911m). A partir de là un sentier s'engage dans le vallon du Doron de Valpremont. Passer à proximité de l'oratoire de Ritort (en contrebas). Le sentier laisse sur la droite le sentier qui monte vers le Col Rouge pour se diriger vers les ruines de Chavière (2061m) puis vers les Chalets du Mollaret d'en Bas et ceux d'en Haut (ruines). Après les ruines de la Rama la pente s'accentue. Traverser le torrent des Lauges avant d'arriver au bord d'un tout petit lac. Par une bonne pente rejoindre sur la droite le refuge de Péclet-Polset (2474m).

4ème jour: refuge Péclet-Polset - Refuge de l'Orgère

Depuis le refuge, un sentier part à travers les éboulis pour rejoindre le GR55 sans perdre d'altitude. Le sentier devient plus alpin après avoir rejoint le GR. Un premier raidillon permet d'atteindre l'altitude de 2608m. Depuis cet endroit le Col de la Chavière est pleinement visible. Suivant les névés persistants le sentier s'oriente légèrement sur la gauche pour contourner une arête rocheuse puis revient sur la droite par une pente plus forte pour atteindre le Col de la Chavière (2796m). Le début de la descente s'effectue dans des éboulis puis généralement par un grand névé pour rejoindre un vaste alpage. Au point 2504m rejoindre un carrefour. Laisser sur sa droite le GR55 pour emprunter une variante en direction du Refuge de l'Orgère. Le sentier descend en pente douce puis reste au-dessus d'une barre rocheuse avant d'atteindre les ruines des Chalets de l'Estina (2184m). Le sentier serpente alors dans les pâturages pour rejoindre sans difficultés le Refuge de l'Orgère (1935m) à l'endroit où il rencontre la route venant de la N6.

5ème jour: Refuge de l'Orgère - Refuge du Plan Sec

Depuis le refuge emprunter le sentier en contrebas de la bâtisse pour rejoindre le GR5. Par un sentier balcon bien marqué, traverser une forêt de pins. A l'altitude 1916m le sentier s'élève plus rapidement pour contourner la combe au-dessus du village du Bourget, puis par une succession de lacets, passe devant les Chalets Barbier. Le sentier reste alors à niveau pour rejoindre le Col du Barbier (2312m). Descendre par le nord le sentier qui domine les Lacs de Plan d'Armont et Plan d'Aval. Arriver à un carrefour et laisser sur la gauche le sentier provenant du Col de la Masse, descendre rapidement vers le pont de la Sétéria. Traverser le torrent de St. Benoit (2206m). Le sentier remonte quelque peu pour passer devant les Chalets de la Randolière puis arrive au Refuge de Plan-Sec (2310m).

6ème jour: Refuge du Plan Sec - Refuge de l'Arpont

Depuis le refuge de Plan Sec se diriger au sud pour rejoindre le haut du télésiège du Djoin. A cet endroit le sentier retrouve le GR5. Il s'oriente à l'est par un alpage important puis traverse la combe sous le Roc des Corneilles. Passer devant les ruines des Chalets de la Turna (2363m). Par quelques lacets le sentier remonte pour passer au-dessus d'une combe puis traverser en sentier balcon pour arriver aux Chalets de la Loza (2327m). Le sentier s'incurve vers la gauche en direction du nord-ouest en restant à niveau. Traverser un vaste pierrier sous la Dent Parrachée puis par une lente descente par une prairie arriver au point 2310m. De là, quelques lacets permettent de perdre rapidement de l'altitude pour passer devant les Chalets de Montafia (2152m). Le sentier franchi alors une petite barre rocheuse et continue à descendre sur le torrent du Grand Pyx. Le franchir par un pont puis descendre vers les Chalets du Mont. Le sentier remonte légèrement et passe devant un oratoire (2204m). Traverser le torrent du Thibaud et passer devant la chapelle St. Laurent. Par un sentier tortueux à travers une zone humide, arriver au Refuge de l'Arpont (2309m).

7ème jour: Refuge de l'Arpont - Refuge de la Femma

Emprunter le sentier qui part en direction du nord. Après une courte montée, atteindre un sentier balcon (2561m). Traverser le ruisseau de Miribel en plusieurs endroits (suivant la saison les névés sont persistants, se méfier notamment de ceux qui traversent les gorges de Termignon). Franchir le ruisseau du Plan de Gressan avant d'atteindre un pierrier qui est la moraine des Lacs Ferran. Le sentier s'incurve alors vers l'est - nord-est et passe entre les Lacs des Lozières (2479m). Le sentier reste à niveau quelques temps puis par de nombreux lacets perd de l'altitude en passant à proximité des Chalets de la Para (2200mm). Continuer à descendre par une belle prairie et traverser par un pont de pierre le torrent de la Rocheure, rive gauche. Suivre la route qui remonte le torrent et passer devant les Chalets de Balrne Froide. Au carrefour (2174m) prendre la route qui se dirige plein est (la suivre sur 4-5 km). Passer devant la chapelle St-Jacques puis franchir à nouveau le torrent de la Rocheure par un pont (2224m) pour passer rive droite. Atteindre les Chalets de la Rocheure qui marquent la fin de la route. Le sentier s'engage alors dans un vaste vallon dominé par le Grand Roc Noir au sud et la pointe de la Sana au nord. Passer devant la croix de la fontaine Gaillarde (2323m) puis arriver au Refuge de la Femma (2352m).

8ème jour: Refuge de la Femma - Refuge du Fond des Fours

Remonter le sentier en direction de la Pointe de Mean Martin. Avant l'arête des Roches Blanches, le sentier part sur la gauche en direction du nord-est. Traverser plusieurs ruisseaux avant d'atteindre une sorte de pierrier (2777m). La pente reste soutenue jusque vers 2850m, puis le sentier part à droite (est) pour atteindre le petit Lac de la Rocheure (2890m). Des névés tardifs persistent ici toute l'année et il n'est pas rare de voir le Lac gelé encore au mois de juillet. Remonter la dernière pente pour atteindre le Col de la Rocheure (2911m). Une sente par alors sur la droite, plein est dans un pierrier et passe devant une succession de petits lacs (nombreux cairns). Passer une sorte de petit col, puis par une bonne pente rejoindre la moraine du glacier des Fours. Par de nombreux blocs de rochers suivre la ligne naturelle de la moraine en direction du nord (pas de sentier, mais nombreux cairns). Franchir à gué le ruisseau des Fours pour passer rive droite. Suivre le ruisseau pour atteindre le fond du vallon. Par un névé persistant descendre une dernière pente pour rejoindre par une prairie, le Refuge du Fond des Fours (2537m).

9ème jour: Refuge du Fond des Fours - Val d'Isère

Journée de liaison et de retour à la civilisation. Du Fond des Fours de nombreux lacets serrés descendent vers le Chalet des Fours (2303m). Traverser le torrent des Fours par un pont pour passer rive gauche. La pente s'adoucie, passe devant une école d'escalade avant de rejoindre la route. Traverser par un pont le ruisseau de la Calabourdane (1957m) pour atteindre les Chalets du Manchet. Un sentier permet de rejoindre Val d'Isère en longeant le ruisseau de Calabourdane. Arriver à Val d'Isère après 3-4km.

Départ Val d'Isère
Difficulté I/F
Horaire Les étapes sont de 5 à 7 heures par jour.
Dénivellation Compter une dénivellation moyenne de 300m par heure (bon marcheur).
Conditions favorables Cette randonnée est faisable de juin à octobre suivant les conditions. En début et en fin de saison, attention aux névés.
Matériel Bâton de marche. En début et en fin de saison il peut être utile d'emmener une corde à simple (30m en 9mm minimum), piolet et crampons.
Première réalisation Inconnue

 

Parc National de la Vanoise www.vanoise.com
Site officiel. Découverte et visite du Parc National de la Vanoise à travers son patrimoine (faune, flore, culture, paysages) et son institution.

 

© copyright www.horizon-montagne.com tous droits réservés.