Identification

Qui est en ligne

Nous avons 23 invités et aucun membre en ligne

Flux d'actualité

Tra mare a mare sud


Galerie photos

Toutes les photos du diaporama sont disponibles en cliquant sur Galerie photos.

Fin octobre, Porto-Vecchio est déserté par les touristes, pas une vaguelette ne vient perturber les bateaux à quai. Le ciel et la mer ce sont unifiés au bleu. Nous laissons la voiture sur un parking, je la ferme à clef en espérant bien la retrouver dans 8 jours...

La petite route qui mène à Alzu di Gallina est très fréquentée, il est 8h00 du matin, les corses partent au boulot (si si). Peu avant le village, notre attention se porte vers des chênes lièges dont le tronc à été mis à nu pour récupérer la précieuse écorce. De couleur brune les troncs projettent leurs silhouettes mutilées sur de vastes prairies cultivées.

Nous trouvons la timide pancarte qui marque le départ du Tra Mare a Mare Sud. Nous allons suivre pendant 8 jours les deux traits oranges qui jalonnent le sentier. Les premiers kilomètres sont délicieux. Le maquis invite ici plus qu'ailleurs à la contemplation. Les arbousiers et la bruyère diffusent le parfum épicé de la terre Corse mélangé aux senteurs marines. Nous baignons successivement dans des forêts de chênes lièges et des oliveraies.

Nous savons que le roi de la forêt plane au dessus, là où la vue s'étend sur le golfe de Porto-Vecchio, là ou il peut se déployer et toucher le bleu du ciel. Peu avant l'Ospédale nous le croisons pour la première fois, le pin laricio peut atteindre ici plus de 50 mètres de hauteur et veiller sur la Corse plus d'un millénaire. Pourtant au détour de quelques lacets, je maudis celui ou celle, qui une belle journée d'été, a fait partir en fumée ces arbres qui avaient tant à nous raconter.

Au village l'âme corse nous chatouille les narines. Fromages et saucissons du pays sont en vente libre dans une boutique d'artisanat au bord du GR: arrêt obligatoire. A la sortie du village, nous écartons quelques cochons sauvages (nous en voudraient-ils pour le saucisson) avant de succomber à nouveau à l'appel de cette sublime forêt de l'Ospédale. A l'arrivée à Cartalavonu, je m'incline devant un magnifique pin laricio qui déploie ces magnifiques étages d'épines comme un parasol, suis-je devant le patriarche des lieux? Pourvu qu'aucune allumette ne vienne le mettre à mort.

Ce matin une petite brume glisse sur le maquis transportant les parfums essentiels de la Corse alors que nous grimpons en direction du col de Foce Alta. Je me délecte du bleu de la mer qui se reflète en bas dans le golf de Porto-Vecchio. Dernier regard sur la grande bleue, nous la retrouverons à l'ouest dans quelques jours aux détours d'un sentier. Nous évoluons dans une forêt superbe jusqu'au Col de Mela.

La descente sur le village de Carbini reflète le contraste Corse. Les magnifiques pins laissent la place au maquis corse dans un pastel méditerranéen. A la sortie d'une magnifique châtaigneraie, nous découvrons l'église de Carbini dont le clocher est déporté de quelques mètres de la nef. Nous restons longtemps allongés sous l'ombre généreuse des oliviers plantés devant l'église pour écouter les murs nous murmurer des histoires corses.

Nous poursuivons notre descente jusqu'à la rivière du Fiumicicoli. Déjà nous entendons le clocher du village égrainer les heures, bientôt nous traversons le village de Levie.

A la sortie de Levie, le GR passe à proximité du site préhistorique de Cucuruzzu. A l'heure ou nous arrivons le gardien n'est pas encore au travail, aussi nous prenons rendez-vous avec nos ancêtres. Nous nous engageons sur le sentier bien balisé qui mène au "Castel". Il s'agit d'une citadelle datant du 2ème millénaire avant J.-C. constituée en mur de pierres sèches et de blocs de granit.

Au travers d'une magnifique forêt nous arrivons au deuxième site, Capulla. On y observe différentes architectures, mais surtout quelques menhirs dont l'un d'eux nous livre ses mystères. Il s'agirait de la "Dame de Bonifacio", la plus vieille habitante connue de l'île... Nous rejoignons le sentier au niveau de la Chapelle St-Laurent. Nous empruntons un sentier magique qui traverse l'Alta Rocca. Ce fil d'Ariane nous entraîne dans le petit village de Sorbollano. Comme beaucoup de villages corses, la vie s'écoule autour de l'église. Une épicerie ambulante y attend sa clientèle qui semblent faire la sieste derrière des volets fermés, le village est désert. Le village de Serra di Scopamena est lui perché un peu plus haut dans la montagne. Nous trouvons la porte du gîte ouverte, mais pas de gardien. Nous ferons la connaissance de la gardienne à l'heure du repas. Ce soir au menu nous dégustons une soupe aux haricots corses. Caractéristique: les fèves sont d'un bon diamètre, le tout est délicieusement épicé, amitié et vin corse...

La brume se dissipe alors que nous traversons la place de l'église de Serra di Scopomena. La vue s'entrouvre sur de la vallée du Rizzanese, cette journée commence comme une bénédiction. Au départ du village nous traversons de nombreux vergers laissés à l'abandon. Les cultures en terrasses témoignent d'une vie pastorale proche et intense.

Plus loin c'est une magnifique châtaigneraie qui nous offre une descente ombragée vers le fond du vallon. Nous sommes en octobre et les châtaignés croulent sous le poids des marrons. Lorsque nous atteignons les ruines de Mamma un soleil rasant nous reflète le vert de belle prairie où gambadent des chevaux en quasi liberté.
Le sentier ne tarde pas à atteindre le Rizzanese. L'endroit est enchanteur. De gros bloc de granit arrondis sont posés dans la rivière parmi une végétation luxuriante. La baignade est obligatoire, de toute façon il faut traverser le torrent à gué. En remontant la rivière nous découvrons de nombreux bassins naturels ou coule une eau fraîche et limpide. Nous séchons hommes et matériel au soleil rive gauche sur une petite plage de sable.

A travers un maquis nous remontons vers le col de Tavara. La vue sur le village de Serra di Scopamena que nous avons quitté ce matin est splendide. Au col frontière entre la Punta Tighiarella et le Monte Grossu, nous traversons les sources de Tavara, et à nouveau une châtaigneraie. Le sentier balcon nous dirige vers le village d'Altagène.

Au détour d'un virage la vue s'ouvre sur un village corse aux demeures lourdes et austères constituées de garnit. Ces vieilles pierres semblent cacher derrière des volets clôts des histoires lourdes et meurtrières. Santa-Lucia di Tallano fut secoué au siècle dernier par une terrible vendetta qui à déchiré deux familles du village.

Sur la place du village nous admirons le socle en diorite orbiculaire qui soutient la statue du village. Le bleu du ciel méditerranéen a asséché notre gosier et nous nous installons au café du village. Un vieux Corse est installé à la table voisine, nous lui offrons un café, il nous ouvre son cœur... Santa Lucia de Santa Lucia di Tallano nous raconte les histoires du village avec émotion, la larme à l'œil. Il emmène Catherine sur la place du village. "Qu'est ce que tu vois là-bas, regarde la montagne". En face nos yeux ne voient qu'une montagne boisée, le regard de Santa Lucia, lui, voit "le Duce" (Mussolini) couché. Nous ne regarderons plus jamais cette montagne de la même façon... Nous remontons la rue principale du village, une veille dame nous invite a monter à l'étage admirer sa collection de diorite orbiculaire. Elle nous fait entrer dans son vieux salon qui n'a plus vu la lumière depuis des années et nous offre le thé. En fait elle est propriétaire d'une des carrières de diorite orbiculaire, mais c'est l'état qui reste propriétaire des sous-sols, elle n'a le droit de ramasser que ce qui se trouve à la surface. Nous écoutons ces doléances en regardant sa collection de pierres, émotion et pincement au cœur face a tant d'amertume...

Cette nouvelle journée est rythmée par le tumultueux Rizzanèse. Depuis le village de Poggio des oliviers centenaires parfument le maquis. La chapelle Saint Jean-Baptiste veille sur ces cultures menacées par l'exode. Santa Lucia nous la dit, les jeunes ne veulent plus travailler la terre, le travail est trop dur, le paysage corse est menacé... Plus bas c'est le Rizzanese qui gronde. La frêle passerelle de Piombato nous permet de traverser la rivière. Il vaut mieux éviter de tremper les pieds, un écriteau déconseille la baignade. Plusieurs randonneurs ont déjà péri dans les courants du torrent. En remontant la colline à Costa Catherine trouve à même le sol une diorite orbiculaire. Nous emmenons ce trophée avec une pensée pour ceux du village qui la veille nous ont accueilli la main sur le cœur. En descendant sur Fozzano, pas de doute possible, au loin le bleu infini apparaît comme un mirage, le golfe de Valinco nous envoie sa couleur bleu turquoise. Nous sommes à quelques kilomètres de la mer. A la sortie de Santa-Maria le sentier se perd: sommes-nous au coeur du maquis corse? J'imagine le nombre de cochons sauvages et de vaches qui doivent habiter ici. Nous sortons la boussole pour ne pas avoir a partager cette nuit avec les bovins... Lorsque nous arrivons sur les rives du Baraci, nous cherchons un bon moment le pont qui nous permet de franchir ce barrage naturel.

Quelques lacets plus haut, nous prenons pied sur la départementale. Une pancarte indique la fin du tra mare a mare sud, ce soir nous dormons à Burgo, demain le golfe de Valinco, Propriano et un bain dans la grande bleu. Le tra mara a mare sud nous a permis de découvrir la Corse, celle aimée par les Corses, celle qui a une âme!

départ de Porto-Vecchio
Michelin 90 - pli 8
L'itinéraire ci-dessous est donné à titre indicatif. La description de l'itinéraire est conforme à la boucle que j'ai réalisé. Pour de plus amples renseignements je vous conseille d'acquérir le topo du mare a mare sud édité par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre ("Corse Entre Mer et Montagne" référence: 065). Cartographie IGN série TOP 25 4154 OT, 4254 ET, 4254 OT.

1er jour: Porto-Vecchio - Cartalavonu

Il n'existe pas de balisage à partir de Porto-Vecchio, le sentier de mare a mare sud commence à Alzu di Gallina, qu'il faut rejoindre par la route. Pour cela se rendre au carrefour des Quatre Chemins. Passer devant un lycée puis au carrefour suivant, prendre à gauche la D159. Suivre la route et passer à proximité d'une scierie sur la gauche, poursuivre jusqu'à un virage à gauche (36m). A cet endroit, continuer tout droit en direction du village de Nota. Au sommet de la montée se trouve une chapelle puis la route redescend. Passer devant de vastes cultures, puis arriver à un carrefour où vous trouverez sur la gauche un pont qui permet de traverser la rivière de la Bala. Prendre tout de suite après, la route à droite qui monte à Alzu di Gallina. Au dessus du village se trouve le départ du sentier (pancarte du Parc Régional). Le sentier part au nord à travers le maquis et par une monté progressive à travers de magnifiques pins et chênes (récolte d'écorce) atteindre une première fois la route qui monte à l'Ospédale. Le sentier coupe à plusieurs reprises la route pour arriver à l'Ospédale. Sortir du village par la D368 en passant devant un point de vue. 200m après, prendre à gauche le sentier qui traverse un petit ruisseau, puis à travers une très belle forêt et de très gros cailloux, arriver au village de Cartalavone (1020m).

2ème jour: Cartalavonu - Levie

Depuis le gîte, s'engager dans le sentier qui part en direction du sud sud-ouest. Le sentier progresse entre des amas rocheux et des pins remarquables. Il s´incurve alors plus au nord - nord-ouest pour atteindre le col bien marqué de Foce Alta (1171). Le sentier prend la direction du nord nord-est, traverse une forêt et atteint le col de Mela (1068m). S'engager dans le chemin qui prolonge la route. Après 300m environ, tourner sur la gauche. Rester à niveau sur quelques 700m, puis le sentier part à droite pour atteindre un pierrier. La descente devient plus forte et par de nombreux lacets serrés atteindre le chemin qui mène à Carbini. Le traverser et poursuivre en direction du village. Reprendre un sentier à droite (573m) et entrer dans Carbini. En face de l'église, à gauche du cimetière, emprunter un bon chemin qui rejoint la D59. Traverser la départementale pour prendre le sentier qui coupe une nouvelle fois la route. Le sentier parcourt le maquis puis descend entre deux murs jusqu'à la rivière Fiumicicoli. Le GR remonte entre deux murs de l'autre coté de la rivière et gagne rapidement de l'altitude. Traverser un premier chemin, puis le sentier part sur la gauche en direction de l'ouest. La pente s'adoucit, et à travers une forêt, atteindre le village de Levie après avoir traverser plusieurs petits ruisseaux. Le gîte se trouve au sud du village peu après la gendarmerie...

3ème jour: Levie - Serra di Scopamena

Depuis le gîte se diriger en direction de l'église. Traverser le village et au niveau d'une fontaine monter à travers une forêt de chênes pour rejoindre une route. Poursuivre la route au nord - nord-est jusqu'au site archéologique de Capula. (avant 9h00 la visite est gratuite, le gardien est absent). Effectuer la visite des sites de Castellu di Cucuruzzu et Castellu di Capula. Rejoindre le GR au niveau de la chapelle St-Laurent (760m). Le sentier descend quelque peu entre deux murs à travers une forêt de chênes. Par une pente plus forte atteindre la rivière de Rizzanese (568m). Traverser la rivière et remonter une chênaie. Passer à proximité d'un enclos à cerfs avant d'atteindre un bon chemin (747m). Traverser une vaste prairie vers l'ouest. Le sentier redescend vers le ruisseau de Codi. Le traverser et monter par quelques lacets au village de Sorbollano. Rejoindre la route peu avant une chapelle. Au niveau du cimetière prendre à gauche un chemin carrossable pour arriver à Sorbollano (714m). Traverser le village et s'engager dans le sentier à la sortie du village qui contourne la combe d'un petit ruisseau. Le sentier remonte légèrement avant de croiser le sentier qui descend à Santa Lucia di Tallano. Prendre à droite et rentrer à Serra di Scopamena par une bonne pente. Au niveau de la route D420 prendre à gauche, le gîte se trouve à droite de la gendarmerie...

4ème jour: Serra di Scopamena - Santa Lucia di Tallano

Emprunter le même sentier que la veille. Descendre à travers une très belle châtaigneraie. Par de nombreux lacets passer à proximité des ruines de Mamma (520m) avant d'atteindre la D20. Suivre la route sur la droite (sud - sud-ouest). Devant une bâtisse (lieu dit de Campu 420m) s'engager à gauche, traverser une prairie et franchir le petit ruisseau Furvicilla. Rester rive gauche pour atteindre à nouveau le ruisseau du Rizzanese. Le franchir à gué (baignade possible). De l'autre coté remonter une forêt de chêne puis une châtaigneraie avant de rejoindre une prairie dégagée. La pente devient plus forte et arrive au col de Tavara (720m). Descendre à travers la forêt pour atteindre un premier ruisseau. Prendre à gauche et rejoindre un pierrier, le descendre et traverser à sa base un ruisseau. Le sentier reste à niveau et traverse 2 pierriers puis rejoint la route qui mène à Altagène (fin du GR). Passer devant un cimetière avant de traverser le village. Emprunter la D49 jusqu'au village de Santa Lucia di Tallano. Le gîte se trouve près de l'ancien moulin à huile d'olive.

5ème jour: Santa Lucia di Tallano - Burgo

Depuis le village de Santa Lucia di Tallano se diriger vers le village de Poggio. Le sentier part sur la gauche peut avant les dernières maisons. A travers une oliveraie atteindre la chapelle St-Jean Baptiste. Continuer au nord - nord-ouest pour rejoindre la passerelle de Piombato. Traverser le Rizzanese. Remonter sur votre droite (nord) le sentier qui passe devant une porcherie. Traverser le ruisseau Giaga (245m) puis faire la jonction avec la D69 au niveau du hameau de Erbajolu. Remonter la route qui permet d'atteindre une carrière. A l'altitude 356m au niveau d'un virage important, le sentier monte dans le vallon jusqu'aux ruines de Altanaria. Suivre le chemin balcon qui franchit successivement le ravin de Clavi puis celui de Piuvanaccia. Peu après une descente permet de rejoindre le ruisseau de Turicciu par un bon chemin. A un carrefour (531m) prendre à droite au nord - nord-ouest et entrer à Fozzano. Par la D19 poursuivre jusqu'à Santa-Maria (508m). Emprunter la route carrossable devant l'église puis passer à gauche du cimetière. Le sentier est évident jusqu'à l'altitude 356m. S'enfoncer alors à droite dans le maquis par une sente qui se perd. Prendre la direction nord - nord-ouest pour rejoindre la rivière Baraci. Une passerelle permet de franchir le ruisseau (navigation à la carte et à la boussole). Longer le ruisseau qui part au nord et trouver un sentier qui débouche après quelques lacets sur la D557 au lieu dit de San Quircu. Descendre par la route jusqu'à Burgo (136m).

6ème jour: Burgo - Propriano

Journée de liaison. Depuis Burgo, descendre la D557. Traverser le ruisseau de Fracintu. Au deuxième carrefour, prendre à gauche. Franchir la rivière Baraci par le pont de Filetta puis par la D257 passer devant les anciens bains de Baraci et atteindre la plage de Baraci. Remonter la N196 pour arriver à Propriano.

 

Départ Porto-Vecchio (itinéraire d'est en ouest).
Difficulté I/F
Horaire Les étapes sont de 5 à 7 heures par jour.
Dénivellation Compter une dénivellation moyenne de 300m par heure. Faible dénivellation en moyenne.
Conditions favorables Toute l'année, à la fin du printemps et à l'automne le soleil peut encore être généreux et vous bénéficierez d'une meilleure qualité d'accueil.
Matériel Les bâtons de marche peuvent-être utiles.
Première réalisation Ouverture du sentier en 1994.

 

Parc Naturel et Régional de Corse www.parc-naturel-corse.com
Le Parc naturel régional de Corse, classé pour la première fois en 1972, et à nouveau classé pour 10 ans en juin 1999...
Corsica Online www.corsica-online.com
La Corse sur l'internet...
Corsica Sitec corsica.sitec.fr
L'île de beaute de A à Z, sa culture, sa langue, sa géographie, son climat, son économie, son tourisme.

 

© copyright www.horizon-montagne.com tous droits réservés.

 

Découverte

Free Raid Classic VT...

Autres Horizons